L’IPTV, la télévision du 21ème siècle !

Club-Internet a fait réaliser un sondage par Ipsos auprès de 2000 clients IPTV, tous opérateurs confondus. Pour les clients, pas de doute, l’IPTV est la télévision de demain !

Découvrons ci-après d’autres résultats de ce sondage et une analyse sur les changements radicaux de l’IPTV et les opportunités de services qui en découlent.

Gammes usages

Un succès commercial

En moins de deux années (lancement des différentes offres entre décembre 2003 à Q3 2006) s’est créé un écosystème vertueux autour de l’IPTV :

- une compétition forte : chaque fournisseur Internet a son offre IPTV et cette concurrence fait bénéficier l’utilisateur d’une innovation soutenue et de prix attractifs. Le consommateur français bénéficie d’une offre Triple Play « tout compris » à 29,90 € que le monde entier nous envie !
- une base de clients construite très rapidement et en plein essor : le nombre d’abonnés payants européens a atteint 3 millions à fin 2006 indique le cabinet britannique Screen Digest ; si la hausse des abonnés européens a été de 19% sur le troisième trimestre 2006, la progression a été nettement plus forte en France, autour de 30%, nous dit l’étude Dittberner, « Global Broadband Subscriber Survey »; A la fin du premier trimestre 2007, le marché français dépasse les 1,6 million d’abonnés. Orange est en tête du mouvement avec 745 000 abonnés et 29% de croissance sur Q1 2007: Orange est ainsi devenu le leader IPTV mondial, dépassant des opérateurs IPTV historiques comme PCCW (Hong-Kong, 638 000 abonnés Q3 2006), Telefonica (Espagne, 304 400 abonnés Q3 2006), et Fastweb (Italie, 161 100 abonnés Q3 2006).
- des clients satisfaits et fidélisés : dans le dernier sondage réalisé par l’Ipsos pour Club Internet en Mars 2007, 87% des abonnés IPTV des différents opérateurs sont satisfaits de la qualité de l’image, 85% de la qualité du décodeur TV, 87% sont d’accord pour dire que l’IPTV offre une plus grande variété de programmes. De faibles taux constatés sur le marché, de retour des décodeurs TV et de churn, viennent corroborer ces niveaux de satisfaction élevés
- des revenus additionnels prometteurs : dans le même sondage Ipsos, le taux d’abonnement à une offre (chaîne ou bouquet fourni par TPS, Canal + Le Bouquet, Canalsat ou le fournisseur Internet) de télévision payante via IPTV est de 47%, le double de celui constaté préalablement à la réception d‘une offre IPTV dans les mêmes foyers. Dans d’autres pays comme l’Italie, où l’historique est plus ancien, les revenus TV & VOD représentent un revenu supplémentaire de 25 € par mois, 2/3 pour la TV payante et 1/3 pour la VOD

Dans un paysage audiovisuel riche en plates-formes (hertzien, câble, satellite, TNT), l’IPTV a su se frayer un chemin à une vitesse remarquable et devrait dépasser dès 2007 la pénétration en abonnés payants de son aîné le câble.

Une technologie radicalement différente, porteuse de nombreux nouveaux services

En raison de cet écosystème vertueux, les analystes prévoient une poursuite du développement du marché IPTV : doublement des abonnements en Europe en 2007 avec 5,6 millions et des revenus dépassant le milliard d’euros selon Screen Digest. Le déploiement du format d’encodage Mpeg4 et l’amélioration continue des performances de cette technologie encore jeune, vont accroître également le marché adressable : avec 10 millions de clients éligibles en France fin 2007, l’IPTV devient une plate-forme majeure de télévision.

Plus fondamentalement, en revenant aux points de différence de l’IPTV avec les autres plates-formes de télévision, on réalise le foisonnement de services qui restent encore à développer et explorer, et ceci dans un paysage audiovisuel très porteur : les taux d’équipement remarquables en lecteurs DVD et la percée des télévisions HD illustrent un engouement des Français pour l’image qui ne faiblit pas.

On peut synthétiser la différenciation apportée par l’IPTV au travers de deux changements radicaux :

– l’IPTV établit un lien unique et interactif avec le foyer (flux unicast + voie de retour), voire avec le consommateur dans le cadre de foyers multi-équipés en télévision : AT&T déploie le système Microsoft TV aux Etats-Unis et fournit en standard trois décodeurs TV à ses clients, Telus TV fournit deux décodeurs à ses clients au Canada.

– l’IPTV est nativement connectée à la sphère Internet

Partons de ces avancées pour voir quel nouvel espace se crée pour l’innovation.

Les services à la demande

L’unicité et l’interactivité du lien ouvrent la porte aux services à la demande, créant de nouveaux usages ; le consommateur, une fois rentré chez lui, a désormais le choix entre :

- le direct : une émission en direct parmi ses 150 chaînes de télévision

- l’enregistreur numérique : une émission préalablement enregistrée sur son enregistreur numérique personnel, lequel lui offre 50 heures ou plus de capacité disponible (PVR)

- la VOD : un film, un concert, un documentaire ou un dessin animé sélectionnés dans son catalogue VOD. Plus de 2000 programmes sont proposées chez Club-Internet, Free ou Orange, payables à l’unité ou en s’abonnant.

- la catch-up TV : une émission déjà passée, qu’il n’aurait pas enregistrée et qu’il peut retrouver au travers du service de télévision en différé. C’est le service de Catch-up TV de Club-Internet ou de Replay TV de la BBC.

multiusages

Ces services existent pour la plupart depuis 2006. Certains sont immédiatement adoptés comme l’enregistreur numérique (en moyenne 34% des clients l’utilisent, ce pourcentage s’élevant à 87% pour les clients de Club-Internet qui bénéficient d’une interface particulièrement claire et fluide, conçue par Microsoft TV – sondage Ipsos) ou la catch-up TV qui vient répondre à un besoin jusqu’à alors jamais adressé. D’autres, comme la VOD, viennent compléter progressivement des usages actuels de location de films, en facilitant la démarche du consommateur (pas de déplacement, pas de pénalités de retard, film toujours disponible) et en proposant de vastes vidéothèques de programmes (pas de contrainte d’espace de linéaire, élargissement du catalogue favorisant une découverte de films moins accessibles, selon la démarche baptisée « long tail »).

Au-delà de ces bénéfices consommateurs déjà tangibles, la VOD explosera et repoussera les frontières du marché actuel de la location, dès lors qu’un système d’abonnement sera mis en place sur le catalogue (à l’instar d’Universal, Sony et Fox avec Singapore Telecom), pour éviter la répétition d’actes d’achat et créer une récurrence naturelle, et que les films disponibles auront une « fraîcheur » égale à celle du marché de la location (6 mois après la sortie en en salle). Dans ce développement du service en ligne de VOD, le rôle de l’opérateur pour nourrir la vidéothèque, insérer les contenus des producteurs en flux tendu, les présenter et guider l’utilisateur, animer son catalogue VOD par des promotions et des évènements, et mettre en place des formules tarifaires stimulantes, est clé : une fois la mise en place technique réussie, voici le temps du marketing !

La publicité ciblée

Si des opérateurs IPTV comme Homechoice (UK) ont déjà mis en place des chaînes de publicité interactives, appelant par exemple le téléspectateur à voter, l’unicité du lien IPTV rend possible l’insertion spécifique de publicité dans la grille de programme : il s’agit d’un nouveau marché, celui de la publicité ciblée et interactive, qui pèsera dès lors que l’audience sera significative et qualifiée. Le marché accessible est susbtantiel : les câblo opérateurs américains génèrent 5 $ de revenu mensuel par utilisateur (ARPU) sur de la publicité locale.

Les services interactifs

L’interactivité du lien IPTV se retrouve dans des services plébiscités comme le guide des programmes (utilisés par 64% des clients IPTV et 88% des clients Club-Internet, sondage Ipsos), le contrôle du direct (utilisés par 27% des clients IPTV et 75% des clients Club-Internet, sondage Ipsos), la recherche par mots clés au sein du guide des programmes et du catalogue VOD, ou d’autres services « connectés » comme la météo ou le trafic chez Neuf Télécom, la bourse chez AT&T, les rendez-vous ou les jeux chez Fastweb. C’est un domaine encore à exploiter, où la valeur ajoutée de l’innovation reste à matérialiser pour le consommateur : le besoin est là, mais souvent rempli par un accès Internet et un PC, et proposer un service équivalent sur la TV au travers de la télécommande oblige parfois à des appauvrissements. En travaillant sur une application de partage de vidéos accessible via la TV, avec Kewego, son partenaire pour le service de même nature sur le web, Club-Internet explore une nouvelle dimension de service connecté, où le consommateur valorisera naturellement l’intérêt de son écran de télévision.

TV 2.0

La convergence avec Internet

Si la connexion à la sphère Internet sous-tend certains services interactifs précédemment évoqués, elle permet aussi un nouveau type de convergence : avec son enregistreur Web, Club-Internet offre à ses clients la possibilité de consulter sur le web leur guide de télévision et de réaliser la programmation de leur enregistreur, avec une interface identique à celle de leur poste de télévision, et en bénéficiant des avantages des technologies web 2.0 : recherche par nuage de mots clés, alertes mail et RSS, affichage ultra-rapide des contenus en Ajax. D’autres applications web populaires comme la messagerie instantanée sont à l’étude, pour les coupler à une émission de télévision.

web pvr

La portabilité des contenus

Plus localement, l’IPTV s’intègre dans le foyer numérique et vient répondre à des usages exprimés très clairement par les consommateurs : pour nos clients, Internet est partout et il est naturel de partager des contenus entre les équipements du foyer (TV, PC, lecteur Mp3), de charger ses photos sur la TV-box, d’utiliser son PC comme récepteur TV, de podcaster radios ou vidéos à partir de la TV… Enfin, la souplesse du réseau IPTV permet l’adjonction rapide et en grand nombre de chaînes et le développement des contenus HD : les évènements Roland-Garros de Free, les 450 chaînes, dont 25 en HD, proposées par AT&T à ses clients ou le catalogue HD VOD de Club-Internet en sont une illustration.

Et demain, IPTV ou TV sur Internet ?

Pour 86% des clients sondés par Ipsos, l’IPTV est la télévision de demain. D’autres plate-formes de télévision apparaissent sur Internet. Conscients de l’attractivité du marché audiovisuel, Apple ou le projet Joost, système en peer-to-peer, lancé par les fondateurs de Kazaa et Skype, viennent proposer une télévision à la carte sur Internet, directement accessibles sur son ordinateur. Pour Joost, le business model est fondé sur la publicité, 90% des émissions sont annoncées comme gratuites, les 10% payantes correspondent à des diffusions en direct, comme les matchs de football.

TV de 2main

Alors, me demande-t-on souvent, qui des deux l’emportera ? Libre service gratuit de TV sur Internet, aujourd’hui sur un PC, demain peut-être sur un téléviseur moyennant un équipement de type Media Center, ou IPTV payante fournie par le fournisseur Internet, développant un véritable savoir-faire autour de la qualité de service (qualité technique et service client) et d’un marketing contenus complet, synonymes d’expérience client réussie (sans oublier le métier éprouvé de l’opérateur dans la facturation et la sécurisation des contenus, essentiels pour les fournisseurs de contenu) ? La réponse est en partie dans la question : plus qu’une substitution, on peut imaginer une complémentarité des modèles, correspondant à des attentes différentes des clients. Nul doute cependant, l’IPTV n’a pas fini de nous émerveiller !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s